Anagyres toupies en bois

Anagyre

Sep 2019
Faire défiler…

Anagyre ou rattleback,
une toupie surprenante

L’anagyre est une toupie auréolée de mystère. Son étymologie pourtant tente de nous éclairer : « Ana-gyre » est dérivé de « gyrus » ( tourner) et du préfixe « ana »- (un seul sens).

Littéralement, c’est une toupie ne possédant qu’un seul sens de rotation.

Anagyre-toupie sculpture
Anagyre-reflet table

Comment ça marche ?
Mode d’emploi de l’anagyre

  • En plaçant votre doigt à l’une des extrémités, lancez l’anagyre dans le sens dextrogyre (celui des aiguilles d’une montre), il tourne jusqu’à s’arrêter tranquillement.
  • Ensuite, faites tourner l’anagyre dans le sens lévogyre (le sens antihoraire), très vite un mouvement d’oscillation se déclenche, obligeant l’anagyre à s’arrêter puis à repartir en sens opposé.

L’anagyre en bois est
un défi au bon sens

L’anagyre en bois est construit à partir d’une formule mathématique ancestrale. Sa forme ressemble à une planche de surf ou bien à une petite pirogue, d’où son autre nom de toupirogue. En anglais, l’anagyre porte le nom de « rattleback ».


Je produis ces objets depuis 30 ans, leur fabrication est entièrement française et réalisée à la main.

Anagyre sculptés en bois

Achat d’un anagyre :
une multitude d’options

« Je choisis mes bois pour leurs couleurs naturelles, changeantes, singulières pour vous offrir un objet le plus unique possible. »

Anagyre : Couleurs et textures

L’anagyre existe en plusieurs couleurs, selon l’essence d’arbre utilisée. Ainsi, je propose des bois aux teintes noires, marrons, rouges, jaunes ou encore presque roses à violettes…
Je sculpte les anagyres au choix en utilisant :

  • l’ébène
  • le chêne
  • le palissandre
  • le buis
  • l’if
  • frêne
  • l’orme
  • le houx
  • l’olivier
  • le noyer
  • le bois de rose
  • la loupe d’orme
  • la ronce de frêne
  • l’amarante

En plus des couleurs, différentes textures différencient les anagyres : bois veinés, moirés, madrés, mouchetés, ou plutôt unis.

Vous pouvez vous rendre compte des couleurs, de la veinure qu’offre l’arbre. Bois de fil, bois de contre-fil, bois dur, bois tendre ; certains sont faciles à travailler, d’autres imposent une certaine ténacité. Il était important pour moi de valoriser les couleurs des bois.

Le prix d’achat selon
la dimension et le bois utilisé

L’anagyre existe en 2 tailles :

  • 18cm, à partir de 32€
  • 25cm, appelé grand Anagyre, à partir de 59€

Le prix de l’objet fini varie en fonction de la rareté du bois utilisé, et de sa difficulté à être sculpté.

En collaboration avec Marion OLIVIER, éditrice de toupies insolites, nous avons ouvert un e-shop pour vous permettre de commander les anagyres en bois : https://toupie-shop-anagyre.fr/anagyres-achat/

Anagyre multiple, différents bois et couleurs

Collection
d'anagyre rare

« Dans ma collection d’anagyres il y a des formes magnifiques. Je les ai appelé anagyre-casoar,anagyre-dragon, anagyre-mouettes,anagyre-mouche. Ou bien la régularité de la veinure est exceptionnelle dans le bois de merisier. Ou encore le bambou avec ses petites racines restantes. Et la régularité du bois de cocotier. »

L’anagyre :
un objet dans l’histoire

Des anagyres en pierre ont été exhumés de tombes datant de la préhistoire. En forme de hache votive, ils attestent d’une existence ancienne, certainement liée au culte de son mouvement quasi magique.
Aujourd’hui encore, les gondoles de Venise sont construites d’une façon dissymétrique, leurs côtés droits étant plus long de 20 à 24cm par rapport à leurs côtés gauches. Par conséquent le bord droit s’élève de 50cm tandis que le bord gauche le dépasse de 2,4cm ! Cette dissymétrie contrebalance le poids du rameur et permet l’équilibre de la gondole face au mouvement de la rame fixée à droite.

Gandoles venise

Comment fabriquer un anagyre ?
Un défi au sculpteur

J’ai rencontré pour la première fois l’anagyre il y a plus de trente ans. Une personne m’a présenté cet objet, lié au souvenir ému de son grand-père qui le fabriquait par plaisir. Tout de suite le maître-artisan que je suis, a voulu comprendre l’étrangeté du phénomène. Je me suis documenté sur ce mouvement mystérieux, complexe à réaliser. J’ai étudié la répartition de ses masses, son déplacement sur les segments lors de son balancement et oscillation. Une pratique longue est nécessaire pour connaître chaque essence d’arbre utilisée. La densité du bois est une donnée essentielle. Elle varie selon la veinure tendre ou dure du bois de fil, des ronces, des contre-fils des loupes et nœuds.

Je sculpte ces objets à la main, polis la forme pour qu’il puisse tourner parfaitement, sachant que l’anagyre réagit différemment selon les surfaces sur lesquelles ils évoluent.

L’anagyre, objet mathématique
inspiré des hommes et femmes de sciences

La collaboration avec des hommes et femmes passionnés de mathématiques m’a permis de m’améliorer dans la fabrication de cet objet, je nomme :

  • La co-entreprise Française-Italienne : Thalès-Alénia-Spaces,
  • Quelques professeurs d’universités de Chicago, Boston, Sydney, etc,
  • L’université de physique mécanique nucléaire de Nantes,
  • Le laboratoire de mathématique du Bourget du Lac : CNRS La Fondation Science Mathématique de Paris : FSMP,
  • Les organisateurs de l’émission de télévision “On n’est pas que des cobayes” pour avoir mis mon travail en valeur,
  • Le professeur, maître de conférences Alexei TSYGVINTSEV de l’unité mathématique pure et appliquée de l’école normale supérieure de LYON : ENS, de m’avoir fourni ‘’une’’ formule mathématique donc scientifique expliquant ce mouvement mystérieux.
Je remercie ces hommes, ces femmes, ces clients, ces clientes, vous tous qui m’avez accordé votre confiance, je vous en remercie infiniment.

Anagyre ébene, bois noir

Hommage d’un artiste
à la noblesse du bois

L’anagyre est sculpté dans différentes essences d’arbres de ma région vendéenne. Il m’arrive aussi d’utiliser des variétés exotiques. Il y a des arbres tortueux, capricieux, parfois blessés. Toutes ces différences extérieures cachent à l’intérieur des formes attirantes, charmantes, spectaculaires dès qu’elles s’ouvrent à moi. Mais au fond, peu importe le bois, de son origine sauvage, le bois devient sensuel entre mes mains. Je devine les formes qui le hantent, les vents qui l’habitèrent, et la longue discipline qui lui a fallu pour devenir majestueux. Toucher, caresser le bois poli procure une volupté particulière, suivre le tracé de sa veinure, épouser avec mes paumes les bords arrondis procure un sentiment d’intense plénitude.

Toutes ces essences d’arbres aux couleurs chatoyantes sont de magnifiques parures aux œuvres finies. Le bois est un moyen au service de l’expression artistique.